Jérémie Barthas – « La pensée constitutionnelle de Machiavel et le renouveau de la fonction tribunitienne à Florence à l’époque de la haute Renaissance »

Séance du 12 novembre 2015. Jérémie Barthas : « La pensée constitutionnelle de Machiavel et le renouveau de la fonction tribunitienne à Florence à l’époque de la haute Renaissance »

Compte rendu établi par Élodie Lecuppre-Desjardin

Le tribunat de la plèbe a fait l’objet d’un regain d’intérêt au sein des études machiavéliennes. En effet, machiavel dans ses Discours sur la première décade de Tite-Live, avait proposé une interprétation nouvelle de l’expérience romaine du tribunat de la plèbe. C’est après la mort de Laurent II de Médicis, le 4 mai 1519 que Machiavel réfléchit à l’élaboration de la meilleure constitution possible pour Florence à la demande du cardinal Jules de Médicis envoyé dans la ville par son cousin le pape Léon X. Dans cet écrit nommé couramment Discursus Florentinum rerum post mortem iunioris Laurentii Medicem, imprimé pour la première fois en 1760, Machiavel confie une fonction tribunicienne à une magistrature communale ancienne, celle des Seize Gonfaloniers. Machiavel avait déjà rappelé son attachement au principe démocratique du Grand Conseil, créé en 1494, supprimé par les Médicis et restauré en 1512. Toutefois, ce qui attire notre attention dans ce texte, c’est que Machiavel n’écrit pas ici en tant que théoricien de l’État en général, mais bel et bien en observateur et en praticien de la politique florentine. Cette œuvre est donc bel et bien une œuvre de la pratique qui porte sur l’organisation, la division et l’équilibre des pouvoirs à Florence précisément. Mais, comme le souligne JB, cette volonté de rétablir la puissance de la République ne laisse pas d’étonner quand on sait combien Machiavel s’est fait le défenseur des intérêts du prince.

Jérémie Barthas précise que le Discursus a été soumis à une lecture libérale après son édition (voir notamment les interprétations de John Adams), lecture qui a également orienté certains historiens aujourd’hui pour faire de ce texte une constitution populaire ou anti-aristocratique… Toutefois, nous laisserons de côté les développements sur ce sujet, préférant nous concentrer dans le cadre du séminaire « innovations » sur cet effort de réorganisation du pouvoir dans la Florence des années 1520.

Machiavel propose en effet de réintroduire le Grand Conseil en jouant sur la menace que représentaient les séditions populaires. Il faut ajouter ici que la construction politique des grandes villes italiennes du Nord et du Centre a été rythmée par ces conflits récurrents et que la violence est endémique. Toutefois, quand le principe est adopté, il reste à mettre en place une organisation originale permettant d’éviter tout blocage, toute paralysie de l’État, mais aussi tout coup d’État aristocratique face à cette reconnaissance du pouvoir populaire. Pour ce faire, Machiavel propose d’introduire un quatrième organe : les XVI Gonfaloniers des compagnies, apparus dès le début du XIVe siècle pour quadriller la ville en quartiers (les Gonfalons). On note ici que Machiavel crée cet équilibre en faisant la synthèse entre sa culture romaine, l’histoire immédiate de Florence et une insatisfaction permanente qui pousse à toujours chercher quelque chose de mieux. C’est un bi-quadripartisme qui est mis au point équilibrant d’un côté les Grands avec leur Consulat et leur Sénat, et de l’autre le peuple avec les XVI Gonfaloniers et l’Assemblée. Machiavel œuvre dans le but de mettre en place une constitution de transition pour assurer en douceur le passage du principat médicéen vers une République populaire du Grand Conseil. Et les Gonfaloniers apparaissent dans cette stratégie comme une pièce essentielle rassurant les différents partis. Toutefois sont-ils de simples outils de transition ? Dans le projet de 1522 (Minuta di provvisione per la riforma dello stato di Firenze), il n’est plus question des Seize, tandis que le principe de gouvernement privilégié par Machiavel est celui d’une dictature fondée sur un collège de 12 réformateurs, dont le pouvoir serait limité dans le temps pour veiller aux abus du Grand Conseil. PourJérémie Barthas, les Seize envisagés comme une courroie de transition, mais aussi de transmission entre le peuple et les instances dirigeantes, ne pouvaient disparaître de l’organigramme politique de Machiavel.

La discussion s’engage sur la conception mécaniciste ou sociale du pouvoir chez Machiavel et sur la sédimentation de la tradition interprétative. Ce qui frappe, pour en rester au thème de l’année, c’est la temporalité de ces décisions. Il s’agit bien d’une œuvre de l’instant. C’est à un moment opportun que Machiavel propose de réagir en fonction des données conjoncturelles et adapte sa constitution à des exigences pratiques. Mais il est également l’héritier d’une tradition politique qui fait constamment osciller le balancier entre expérience collective et expérience individuelle. L’innovation (le bi-quadripartisme) s’appuie sur un motif ancien, connu, respecté (les Seize Gonfaloniers) qui sera le point d’équilibre de cette structure gouvernementale. Confronté à un problème technique : « comment partager le pouvoir entre tous ? », Machiavel s’adapte et change de cap. Ces retournements réguliers, cette mutabilité pourrait faire songer à une réelle inconstance, en réalité il ne s’agit que d’essais destinés à un objectif bien ancré et immuable : ramener l’ordre et l’équilibre à Florence, dans une Florence où le sentiment d’exclusion vécu par certaines familles peut conduire au complot, à la conjuration, à la cristallisation de toutes les violences, au drame.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *