Jean-Baptiste Santamaria – « Innover sans l’avouer : les fondations d’institutions de la fin du Moyen Âge »

Séminaires « Innovations » – Séance du 10 décembre 2015

Jean-Baptiste Santamaria (U. Lille-IRHIS), « Innover sans l’avouer : les fondations d’institutions de la fin du Moyen Âge »

Compte rendu établi par Élodie Lecuppre-Desjardin

Les derniers siècles du Moyen Âge constituent aux yeux de l’historiographie une intense période d’innovations politiques, une rupture dont l’État moderne est largement issu. La quête de ces « racines de l’absolutisme » suppose un point de départ et explique en partie cet attrait. Tandis que les conceptions politiques, religieuses et sociales alors en vigueur dénoncent la « novelleté », et que le terme même d’institution ne se rencontre jamais dans le sens moderne, la nature même du vocabulaire décrivant ces institutions n’a pas souvent été questionnée. Par ailleurs, la notion d’innovation pose problème au médiéviste. Si elle intéresse les historiens de l’économie et des techniques, il faut noter un manque d’intérêt pour l’usage du terme au Moyen Âge. Dans l’acception la plus proche « innovation » apparaît comme l’introduction d’une pratique nouvelle contraire aux pratiques coutumières, qui pose d’emblée la question de la légitimité et de la réception des usages nouveaux dans une société conservatrice. Appliqué au champ des institutions, le débat se complique car ce terme même est là encore inactuel, ce qui ne veut pas dire intempestif. J.-B. Santamaria préfère à la définition strictement juridique de l’institution, une définition plus sociale où l’institution est à la fois ce qui est « institué », établi et reconnu comme durable et ce qui institue, régit, crée des hiérarchies dans la société, sans nécessairement des règles formalisées. En ce sens, on peut se demander si une institution n’est pas avant tout ce qui est reconnu comme tel, comme intangible voire éternel, une conception rendant difficile sa perception comme innovation.

En interrogeant la manière dont les États assument un projet politique contradictoire : modifier les équilibres à leur profit, alors qu’ils sont les garants de ces équilibres, la question se déplace sur les stratégies d’introduction de la nouveauté et sur sa réception au sein de la société et des corps constitués.

En remontant jusqu’à la fin du XIIe siècle, J.-B. Santamaria note l’apparition de nouveaux offices, sans pour autant que ne soient édictées des chartes de fondation ( Chambre des comptes existaient avant la charte de fondation de Viviers en Brie en 1320). Point d’effet de source dans cette analyse, mais plutôt l’existence d’une stratégie de jurisprudence, du « fait accompli », d’une avancée à petits pas pour ne pas heurter une société qui voit dans les officiers des prédateurs abusant de leur autorité. Parallèlement, la monarchie française rappelle que l’introduction de nouveautés lui revient en propre (cf. Songe du vergier), à condition que cela se fasse dans le sens de l’amélioration. C’est à partir du milieu du XIVe siècle que les princes usent davantage de leur droit à légiférer comme en témoignent les nombreuses fondations de chambres des comptes et d’ordres de chevalerie entre 1320 et 1470, sacralisés en quelques sorte par la production de livres-règlements enluminés. Ainsi, le XIVe siècle voit s’imposer un renversement dans la relation de l’écrit à l’institution: l’ordonnance qui régulait une pratique administrative antérieure, doit désormais lui préexister. Une fois créée, l’institution doit être nommée, mais cela prend plus de temps afin de ne pas perturber les habitudes et de susciter la méfiance, voire la résistance. Ainsi, les ordonnances fondatrices ne prônent guère l’innovation, car l’innovation est proche de l’abus tyrannique et le bon prince se doit de fonder des institutions avant tout pour corriger une déviance, rétablir un passé glorieux. La projection dans l’avenir se fait par conséquent par un conservatisme modulable en fonction de la nécessité de s’adapter pour conserver l’héritage. L’idée d’améliorer n’est pas absente : il s’agit cependant de faire prospérer ce qui existe déjà et est bon. A partir d’un corpus de 16 fondations, J.-B. Santamaria a révélé une cohérence des mots autour de trois principaux items : ordonner (16/16), établir (8/15), et instituer (6/15), tandis que les formules de chancellerie s’alourdissent au fur et à mesure que l’on avance dans a période. Le prince redevient créateur ou inventeur, lorsque l’on observe les textes de fondation des ordres de chevalerie, l’imagination étant ici au pouvoir.

Ainsi, la recomposition d’un passé en fonction des enjeux présents, est une pratique médiévale bien connue, récurrente des établissements monastiques mais également présente dans les institutions, une manière de masquer l’innovation. Les princes légitiment toujours leur action en prétendant agir dans la lignée de leurs prédécesseurs, ou au motif qu’il en va de même ailleurs. C’est ainsi que l’innovation avance cachée sous le masque de la tradition. Dans un cercle vertueux les nouvelles institutions, affichées comme héritières de coutumes précédentes, deviennent à leur tour des références pour les suivantes. J.-B. Santamaria montre ainsi que c’est la durée qui fait l’institution. D’où la force de ces taxinomies et des reprises des mêmes libellés. J.-B. Santamaria évoque ensuite la constitution des corps pour poursuivre sa réflexion sur la fin du Moyen Âge où les institutions apparaissent même comme des gardes fous contre les abus personnels aux yeux de la population qui, toutefois, en temps de crise, continue de se méfier et de rejeter toute création (cf. ordonnance cabochienne de 1413).

Ainsi, l’habileté des princes a été de produire des institutions hybrides mêlant fondation ex nihilo et pratique coutumière.

Si les conditions d’une pensée de la « nouveauté » en politique, sont bien là, à la fin du Moyen Âge, une chape morale demeure sur les finalités du politique, nécessairement conservatrices de par la conception même du temps.

Jérémie Barthas – « La pensée constitutionnelle de Machiavel et le renouveau de la fonction tribunitienne à Florence à l’époque de la haute Renaissance »

Séance du 12 novembre 2015. Jérémie Barthas : « La pensée constitutionnelle de Machiavel et le renouveau de la fonction tribunitienne à Florence à l’époque de la haute Renaissance »

Compte rendu établi par Élodie Lecuppre-Desjardin

Le tribunat de la plèbe a fait l’objet d’un regain d’intérêt au sein des études machiavéliennes. En effet, machiavel dans ses Discours sur la première décade de Tite-Live, avait proposé une interprétation nouvelle de l’expérience romaine du tribunat de la plèbe. C’est après la mort de Laurent II de Médicis, le 4 mai 1519 que Machiavel réfléchit à l’élaboration de la meilleure constitution possible pour Florence à la demande du cardinal Jules de Médicis envoyé dans la ville par son cousin le pape Léon X. Dans cet écrit nommé couramment Discursus Florentinum rerum post mortem iunioris Laurentii Medicem, imprimé pour la première fois en 1760, Machiavel confie une fonction tribunicienne à une magistrature communale ancienne, celle des Seize Gonfaloniers. Machiavel avait déjà rappelé son attachement au principe démocratique du Grand Conseil, créé en 1494, supprimé par les Médicis et restauré en 1512. Toutefois, ce qui attire notre attention dans ce texte, c’est que Machiavel n’écrit pas ici en tant que théoricien de l’État en général, mais bel et bien en observateur et en praticien de la politique florentine. Cette œuvre est donc bel et bien une œuvre de la pratique qui porte sur l’organisation, la division et l’équilibre des pouvoirs à Florence précisément. Mais, comme le souligne JB, cette volonté de rétablir la puissance de la République ne laisse pas d’étonner quand on sait combien Machiavel s’est fait le défenseur des intérêts du prince.

Jérémie Barthas précise que le Discursus a été soumis à une lecture libérale après son édition (voir notamment les interprétations de John Adams), lecture qui a également orienté certains historiens aujourd’hui pour faire de ce texte une constitution populaire ou anti-aristocratique… Toutefois, nous laisserons de côté les développements sur ce sujet, préférant nous concentrer dans le cadre du séminaire « innovations » sur cet effort de réorganisation du pouvoir dans la Florence des années 1520.

Machiavel propose en effet de réintroduire le Grand Conseil en jouant sur la menace que représentaient les séditions populaires. Il faut ajouter ici que la construction politique des grandes villes italiennes du Nord et du Centre a été rythmée par ces conflits récurrents et que la violence est endémique. Toutefois, quand le principe est adopté, il reste à mettre en place une organisation originale permettant d’éviter tout blocage, toute paralysie de l’État, mais aussi tout coup d’État aristocratique face à cette reconnaissance du pouvoir populaire. Pour ce faire, Machiavel propose d’introduire un quatrième organe : les XVI Gonfaloniers des compagnies, apparus dès le début du XIVe siècle pour quadriller la ville en quartiers (les Gonfalons). On note ici que Machiavel crée cet équilibre en faisant la synthèse entre sa culture romaine, l’histoire immédiate de Florence et une insatisfaction permanente qui pousse à toujours chercher quelque chose de mieux. C’est un bi-quadripartisme qui est mis au point équilibrant d’un côté les Grands avec leur Consulat et leur Sénat, et de l’autre le peuple avec les XVI Gonfaloniers et l’Assemblée. Machiavel œuvre dans le but de mettre en place une constitution de transition pour assurer en douceur le passage du principat médicéen vers une République populaire du Grand Conseil. Et les Gonfaloniers apparaissent dans cette stratégie comme une pièce essentielle rassurant les différents partis. Toutefois sont-ils de simples outils de transition ? Dans le projet de 1522 (Minuta di provvisione per la riforma dello stato di Firenze), il n’est plus question des Seize, tandis que le principe de gouvernement privilégié par Machiavel est celui d’une dictature fondée sur un collège de 12 réformateurs, dont le pouvoir serait limité dans le temps pour veiller aux abus du Grand Conseil. PourJérémie Barthas, les Seize envisagés comme une courroie de transition, mais aussi de transmission entre le peuple et les instances dirigeantes, ne pouvaient disparaître de l’organigramme politique de Machiavel.

La discussion s’engage sur la conception mécaniciste ou sociale du pouvoir chez Machiavel et sur la sédimentation de la tradition interprétative. Ce qui frappe, pour en rester au thème de l’année, c’est la temporalité de ces décisions. Il s’agit bien d’une œuvre de l’instant. C’est à un moment opportun que Machiavel propose de réagir en fonction des données conjoncturelles et adapte sa constitution à des exigences pratiques. Mais il est également l’héritier d’une tradition politique qui fait constamment osciller le balancier entre expérience collective et expérience individuelle. L’innovation (le bi-quadripartisme) s’appuie sur un motif ancien, connu, respecté (les Seize Gonfaloniers) qui sera le point d’équilibre de cette structure gouvernementale. Confronté à un problème technique : « comment partager le pouvoir entre tous ? », Machiavel s’adapte et change de cap. Ces retournements réguliers, cette mutabilité pourrait faire songer à une réelle inconstance, en réalité il ne s’agit que d’essais destinés à un objectif bien ancré et immuable : ramener l’ordre et l’équilibre à Florence, dans une Florence où le sentiment d’exclusion vécu par certaines familles peut conduire au complot, à la conjuration, à la cristallisation de toutes les violences, au drame.

« Organizations in Time » – Conférence de Dan Wadhwani – 14 janvier 2016

Dans le cadre d’une rencontre organisée par  l’IRHIS (programme « Innovations ») et par la MESHS,

R. Daniel WADHWANI (University of Pacific)

présentera le 14 janvier 2016 à la MESHS son ouvrage

Organizations in Time : History, Theory, Methods

publié en 2014 avec Marcelo Bucheli chez Oxford University Press, le 14 janvier prochain à la MESHS.

Rassemblant des historiens et des spécialistes de management, cet ouvrage examine les défis de l’intégration de la recherche historique dans l’étude des entreprises et des marchés. Il rend compte des raisons de l’intérêt croissant pour l’histoire dans les départements de gestion et les écoles de commerce, en abordant à la fois des questions théoriques et pratiques. Les relations entre le raisonnement historique et certains éléments clefs des théories de l’organisation est ainsi mis en lumière ainsi que l’apport de la perspective historique dans l’étude concrète des changements organisationnels. Sources et méthodes sont également abordées dans ce livre qui entend convaincre ses lecteurs de l’avenir du passé dans les études de gestion.

Du fait de sa dimension épistémologique et interdisciplinaire, Organizations in Time intéresse aussi bien des historiens, des gestionnaires ou des économistes et de manière générale tous ceux qui pensent que l’histoire peut permettre de mieux comprendre l’économie dans le temps.

Cette conférence se tiendra le 14 janvier 2016 de 17h à 19h à la Maison européenne des sciences l’homme et de la société (2, rue des Canonniers – Lille, salle 2). Elle se déroulera en anglais.

Cette rencontre bénéficie du soutien de l’Institut universitaire de France

Pour plus de renseignements, contact :

Gabriel Galvez-Behar, gabriel.galvez-behar [at] univ-lille3.fr

Séminaire 2015-2016 : Innovation, politique et autorité

Programme

Les séances ont lieu à l’IRHiS de 17h à 19h en salle de réunion

8 octobre 2015 : Séminaire de rentrée

12 novembre 2015 : Jérémie Barthas (CNRS, IRHiS), « Les innovations constitutionnelles de Machiavel »

10 décembre 2015 : Jean-Baptiste Santamaria (U. Lille, IRHiS), « Innover sans l’avouer : les fondations d’institutions de la fin du Moyen Âge »

7 janvier 2016 : Bert De Munck (Université d’Anvers), « Late Medieval and Early Modern Cities as Agents of Innovation: A Critical Perspective »

4 février 2016 : Audrey Millet (U. Lille, IDHES), « Inciter, encourager et réceptionner l’innovation. Quels acteurs ? quels pouvoirs ? (1750-1850) »

3 mars 2016 :  Émilien Ruiz (U. Lille, IRHiS), « Savoir-pouvoir ou pouvoir savoir ? Innovations techniques et comptage des agents publics (XIXe – XXe siècle) »

21 avril 2016 : « Les pouvoirs face à l’innovation», séance animée par Wim Blockmans (Université de Leyde) et Alain Chatriot (Sciences Po Paris)

19 mai 2016 : Claire Châtelain (CNRS, IRHiS), « Justice et innovation(s) sous Louis XIV »

Organisateurs :
Gabriel Galvez-Behar (gabriel.galvez-behar [at] univ-lille3.fr)

Élodie Lecuppre-Desjardin (elodie.lecuppre [at] univ-lille3.fr)

INSTITUT DE RECHERCHES HISTORIQUES DU SEPTENTRION (IRHiS)

Université Lille 3 – Domaine universitaire du Pont de Bois

BP 60149

59653 VILLENEUVE D’ASCQ CEDEX

 

Innovations

L’axe « Innovations » de l’Institut de recherches historiques du Septentrion développe une réflexion historique sur les dimensions économiques et politiques, techniques et culturelles de l’innovation appréhendée dans la longue durée. Son ambition est d’encourager des études et des perspectives de long terme, en respectant scrupuleusement les méthodologies et les questionnements inhérents à chaque époque de recherche. C’est ainsi que la diachronie peut conserver toute sa pertinence par les mises en perspective qu’elle suppose, les comparaisons qu’elle nourrit et l’observation des permanences et des fractures qui scandent les périodes qui occupent les chercheurs de l’IRHiS. Dans un premier temps, discussions et travaux autour des trois sous-thématiques suivantes seront encouragés, avant d’évoluer selon les attentes et les apports de l’équipe.

Construction d’une culture de la nouveauté.

Partir du concept même de « nouveauté » a semblé un préalable nécessaire pour comprendre les origines, le développement et la réception de phénomènes innovants en fonction des sociétés qui les accueillent. Cette première ligne de réflexion fait une large place aux savoirs, aux discours, aux échanges, etc., qui accompagnent ces situations de rupture avec des habitudes, une autorité, une tradition… Aussi s’agit-il d’éviter de se cantonner à une histoire strictement conceptuelle de la « nouveauté » pour, au contraire, s’intéresser aux dimensions économiques, sociales mais aussi politiques et religieuses des cultures de la nouveauté.

Crises et renaissances : les temps de l’innovation.

La question de l’innovation renvoie à celle des rythmes et des temporalités. Si certaines innovations peuvent apparaître comme des ruptures, répondant parfois à un événement paroxystique, d’autres formes d’innovations – « douces » ou incrémentales – se font de manière plus progressive. L’étude des temporalités des innovations est donc cruciale et elle suppose d’examiner les conditions de leurs apparitions, de poser la question de la contingence ou du kaïros, de la place de l’individu et des collectivités dans ces transformations.

(Ré)-inventions de l’État.

L’axe « Innovations » du projet quinquennal entend articuler les dimensions politiques et économiques de l’innovation. À cet égard, il semble que les innovations institutionnelles de l’État constituent un terrain approprié à une approche de longue durée, étant entendu que la notion d’État moderne mérite, elle aussi, d’être historicisée. Outre qu’elle a l’avantage d’intéresser un grand nombre de collègues, une telle thématique permet de nouer un dialogue interdisciplinaire avec la science politique, de plus en plus attentive à l’histoire, mais dont l’ouverture mérite d’être discutée au sein de la communauté historienne.

Susciter une véritable dynamique collective

La dynamique de recherche est assurée par l’organisation d’un séminaire mensuel dans le cadre de l’IRHiS, à raison de 6 à 8 séances par an (d’octobre à mai), ouverts à tous les chercheurs du laboratoire et affiché suffisamment à l’avance pour convier des collègues issus d’autres horizons.

L’invitation de collègues étrangers permet également de renforcer nos collaborations. Le programme « Innovations » de l’IRHiS répond aux attentes d’autres projets qu’il s’agisse de l’axe « Création » de l’établissement, de l’axe « Travail et création » de la MESHS, voire des thématiques – trop peu souvent ouvertes aux sciences humaines et sociales – d’Horizon 2020. Ce programme est une occasion d’inscrire notre laboratoire dans des réseaux de collaborations débordant la seule discipline historique et de s’ouvrir à des partenariats avec les acteurs du monde socio-économique et de la culture. Ce programme pourra donner lieu à l’organisation d’événements « grand public » comme des conférences ou à d’autres formes de valorisation.