Jean-Baptiste Santamaria – « Innover sans l’avouer : les fondations d’institutions de la fin du Moyen Âge »

Séminaires « Innovations » – Séance du 10 décembre 2015

Jean-Baptiste Santamaria (U. Lille-IRHIS), « Innover sans l’avouer : les fondations d’institutions de la fin du Moyen Âge »

Compte rendu établi par Élodie Lecuppre-Desjardin

Les derniers siècles du Moyen Âge constituent aux yeux de l’historiographie une intense période d’innovations politiques, une rupture dont l’État moderne est largement issu. La quête de ces « racines de l’absolutisme » suppose un point de départ et explique en partie cet attrait. Tandis que les conceptions politiques, religieuses et sociales alors en vigueur dénoncent la « novelleté », et que le terme même d’institution ne se rencontre jamais dans le sens moderne, la nature même du vocabulaire décrivant ces institutions n’a pas souvent été questionnée. Par ailleurs, la notion d’innovation pose problème au médiéviste. Si elle intéresse les historiens de l’économie et des techniques, il faut noter un manque d’intérêt pour l’usage du terme au Moyen Âge. Dans l’acception la plus proche « innovation » apparaît comme l’introduction d’une pratique nouvelle contraire aux pratiques coutumières, qui pose d’emblée la question de la légitimité et de la réception des usages nouveaux dans une société conservatrice. Appliqué au champ des institutions, le débat se complique car ce terme même est là encore inactuel, ce qui ne veut pas dire intempestif. J.-B. Santamaria préfère à la définition strictement juridique de l’institution, une définition plus sociale où l’institution est à la fois ce qui est « institué », établi et reconnu comme durable et ce qui institue, régit, crée des hiérarchies dans la société, sans nécessairement des règles formalisées. En ce sens, on peut se demander si une institution n’est pas avant tout ce qui est reconnu comme tel, comme intangible voire éternel, une conception rendant difficile sa perception comme innovation.

En interrogeant la manière dont les États assument un projet politique contradictoire : modifier les équilibres à leur profit, alors qu’ils sont les garants de ces équilibres, la question se déplace sur les stratégies d’introduction de la nouveauté et sur sa réception au sein de la société et des corps constitués.

En remontant jusqu’à la fin du XIIe siècle, J.-B. Santamaria note l’apparition de nouveaux offices, sans pour autant que ne soient édictées des chartes de fondation ( Chambre des comptes existaient avant la charte de fondation de Viviers en Brie en 1320). Point d’effet de source dans cette analyse, mais plutôt l’existence d’une stratégie de jurisprudence, du « fait accompli », d’une avancée à petits pas pour ne pas heurter une société qui voit dans les officiers des prédateurs abusant de leur autorité. Parallèlement, la monarchie française rappelle que l’introduction de nouveautés lui revient en propre (cf. Songe du vergier), à condition que cela se fasse dans le sens de l’amélioration. C’est à partir du milieu du XIVe siècle que les princes usent davantage de leur droit à légiférer comme en témoignent les nombreuses fondations de chambres des comptes et d’ordres de chevalerie entre 1320 et 1470, sacralisés en quelques sorte par la production de livres-règlements enluminés. Ainsi, le XIVe siècle voit s’imposer un renversement dans la relation de l’écrit à l’institution: l’ordonnance qui régulait une pratique administrative antérieure, doit désormais lui préexister. Une fois créée, l’institution doit être nommée, mais cela prend plus de temps afin de ne pas perturber les habitudes et de susciter la méfiance, voire la résistance. Ainsi, les ordonnances fondatrices ne prônent guère l’innovation, car l’innovation est proche de l’abus tyrannique et le bon prince se doit de fonder des institutions avant tout pour corriger une déviance, rétablir un passé glorieux. La projection dans l’avenir se fait par conséquent par un conservatisme modulable en fonction de la nécessité de s’adapter pour conserver l’héritage. L’idée d’améliorer n’est pas absente : il s’agit cependant de faire prospérer ce qui existe déjà et est bon. A partir d’un corpus de 16 fondations, J.-B. Santamaria a révélé une cohérence des mots autour de trois principaux items : ordonner (16/16), établir (8/15), et instituer (6/15), tandis que les formules de chancellerie s’alourdissent au fur et à mesure que l’on avance dans a période. Le prince redevient créateur ou inventeur, lorsque l’on observe les textes de fondation des ordres de chevalerie, l’imagination étant ici au pouvoir.

Ainsi, la recomposition d’un passé en fonction des enjeux présents, est une pratique médiévale bien connue, récurrente des établissements monastiques mais également présente dans les institutions, une manière de masquer l’innovation. Les princes légitiment toujours leur action en prétendant agir dans la lignée de leurs prédécesseurs, ou au motif qu’il en va de même ailleurs. C’est ainsi que l’innovation avance cachée sous le masque de la tradition. Dans un cercle vertueux les nouvelles institutions, affichées comme héritières de coutumes précédentes, deviennent à leur tour des références pour les suivantes. J.-B. Santamaria montre ainsi que c’est la durée qui fait l’institution. D’où la force de ces taxinomies et des reprises des mêmes libellés. J.-B. Santamaria évoque ensuite la constitution des corps pour poursuivre sa réflexion sur la fin du Moyen Âge où les institutions apparaissent même comme des gardes fous contre les abus personnels aux yeux de la population qui, toutefois, en temps de crise, continue de se méfier et de rejeter toute création (cf. ordonnance cabochienne de 1413).

Ainsi, l’habileté des princes a été de produire des institutions hybrides mêlant fondation ex nihilo et pratique coutumière.

Si les conditions d’une pensée de la « nouveauté » en politique, sont bien là, à la fin du Moyen Âge, une chape morale demeure sur les finalités du politique, nécessairement conservatrices de par la conception même du temps.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *